Histoire du maquillage permanent en tant que technique de tatouage

Le maquillage permanent est un tatouage situé au niveau des lèvres, des paupières et du visage, réalisé pour ressembler à un maquillage classique. Il est appliqué pour des raisons esthétiques et pour supprimer la nécessité d’appliquer un maquillage classique ou pour couvrir des imperfections comme des cicatrices ou des taches blanches sur la peau dues au vitiligo.

Le maquillage permanent (aujourd’hui également connu sous le nom de micro-pigmentation, dermopigmentation et tatouage cosmétique) est devenu populaire au début du 20e siècle. Il est toutefois possible qu’il ait été pratiqué avant cela, car le tatouage est une pratique ancienne. Nous savons qu’il y a 5000 ans, les gens se tatouaient pour différentes raisons (religieuses, médicales ou esthétiques). Au début des années 1930, la popularité du maquillage permanent a augmenté. De nombreux salons de beauté de l’époque tatouaient les femmes sans les prévenir en vendant le traitement comme un « traitement du teint » (sans leur dire qu’il s’agissait d’un tatouage) et en leur injectant des colorants végétaux.

Lorsque le traitement est terminé, il met en valeur les traits du visage : sourcils, yeux et lèvres. L’ampleur de cet effet dépend du dessin, du type de couleur utilisé et de la quantité de pigment injectée dans la peau. De plus, immédiatement après la fin du tatouage, le résultat peut sembler trop foncé. Cela est dû au fait que la couleur se trouve encore dans les couches épidermiques les plus externes de la peau, près de la surface. Avec le temps (pas trop longtemps – quelques jours), la peau va guérir, les couches supérieures de l’épiderme seront remplacées par de nouvelles cellules épidermiques, et la couleur s’estompera, restant plus claire mais toujours présente. Selon la personne et la façon dont elle est traitée, cette couleur peut durer longtemps ou commencer à s’estomper après un certain temps. La couleur peut également s’estomper si elle est trop exposée au soleil et s’il y a plus de pigment dans la peau, il faudra plus de temps pour qu’elle s’estompe complètement. Lorsque le maquillage permanent est stabilisé, les personnes tatouées peuvent être insatisfaites de l’effet final. Les erreurs les plus courantes dans l’application du maquillage permanent sont « trop foncé », « mauvaise couleur », « inégal » et « trop grand ». Dans la plupart des cas (comme la couleur et l’uniformité), ces plaintes peuvent être corrigées par un professionnel. Un maquillage trop grand peut nécessiter des techniques d’éclaircissement et/ou de retrait des pigments, qui sont coûteuses et douloureuses. Ce problème peut également être résolu par un maquillage classique.

Guess You Would Like:  Tatouages d'ongles : Avantages et inconvénients

Le maquillage permanent peut développer des complications comme les tatouages classiques. Les bénéficiaires peuvent développer des allergies au pigment utilisé, former des cicatrices, des granulomes (une forme d’inflammation) et des chéloïdes (un type de cicatrice exagérée). Ils risquent également de voir leur peau se fissurer, de peler, de former des cloques et de contracter une infection locale. Si les instruments de tatouage ne sont pas stérilisés, ils peuvent être infectés par des maladies comme le VIH et l’hépatite si les mêmes outils ont été utilisés sur des personnes atteintes de ces maladies. Si les pigments utilisés pour le tatouage ont été frelatés avec des métaux lourds ou ont des propriétés magnétiques, les personnes ayant ce type de maquillage permanent peuvent présenter des gonflements ou des brûlures si elles sont exposées à l’imagerie par résonance magnétique (IRM), mais ces cas sont rares. Si, par la suite, les bénéficiaires changent d’avis, ils peuvent enlever leurs tatouages, mais ce processus est difficile et douloureux. Les techniques d’élimination du maquillage permanent sont le resurfaçage au laser, la dermabrasion (élimination physique ou chimique des cellules de la peau – exfoliation) et l’élimination chirurgicale.